cours poésie et versification s2 pdf

Accueil

 cours poésie et versification s2 pdf

cours poésie et versification s2 pdf

Bonjour cher étudiant voilà le cours poésie et versification flsh pdf s2 etudes françaises faculté des lettres et des sciences humaines et vous pouvez le télécharger en format pdf, La poésie est un genre universel; toutes les cultures ont leur poésie malgré leurs différences et ce, quelle que soit la période historique. Ce n’est pas le cas par exemple de certains genres comme le roman ou l’autobiographie qui sont spécifiques à une culture ou une période historique données.

Un autre élément universel pour définir la poésie concerne le fait que c’est un genre qui utilise essentiellement l’image, notamment la comparaison, la métaphore ou la métonymie pour ne citer que les figures principales. Le but d’utiliser les images ou le style figuré en général est de provoquer un effet sur le lecteur, de le faire rêver, de le pousser à voir les choses autrement, voire dans certains cas à lui faire sentir la beauté ou la laideur des choses et à susciter une certaine émotion.

Cependant si la poésie est un genre universelle, sa définition et les diverses théories proposées pour la concevoir ou la décrire sont différentes selon les cultures, mais aussi selon les périodes historiques. La culture arabe a sa propre définition de la poésie, contrairement à la culture latine, romaine, française, nipponne, etc.

Comment étudier un poème ?

Tout texte, y compris un poème, répète certaines formes grammaticales, lexicales, métriques ou stylistiques pour attirer l’attention du lecteur sur quelque chose. La répétition est ici un moyen important pour transmettre au lecteur un message. Analyser un poème, c’est repérer les formes grammaticales, lexicales ou rhétoriques qui sont importantes, c’est-à-dire qui se répètent. Mais avant cela il importe de connaître le texte son auteur, c’est-à-dire de le lire d’expliquer les mots difficiles dans un dictionnaire et de consulter une notice de l’auteur dans un dictionnaire littéraire.

C’est ce que vous devez faire en répondant aux questions suivantes. Le corrigé de ces questions sera envoyé la semaine d’après, c‘est-à-dire pour la séance du mercredi 15 avril.

Une première conception appelée classique et rhétorique ou il s’agit de bien dire en utilisant des figures de style et en insistant sur l’aspect ornemental ; dire les choses, c’est utiliser des ornements, c’est magnifier les mots, la syntaxe et le style. De là l’emploi de la versification, de tous les procédés poétiques. La poésie dans ce cas est un genre qui dit de façon embellie et ornée ce qu’on peut dire de façon ordinaire. 

Le langage poétique permet de décrire et de référer aux choses concrètes et abstraites de façon belle et précise. C’est pour cela que la poésie, du XVIème jusqu’au XVIIIème siècle, va se limiter à utiliser des idées simples, des sentiments simples, mais avec un langage qui utilise au maximum les possibilités offertes par les figures de style et la rhétorique.

Les principaux thèmes de cette poésie sont les sentiments ou les idées du poète sur un sujet déterminé, ou la description de la nature. Le poète choisit ces sujets pour leur importance et leur singularité et n’hésite pas à défendre son point de vue. L’exemple que  nous donnerons par la suite durant la séance du 14 avril est celui de deux poètes du XVIème siècle Ronsard et Chassignet où nous donnerons le corrigé de leur analyse que vous devrez préparer en répondant aux questions des deux poèmes à la fin du cours de cette séance.

Une seconde conception que je qualifierai d’hermétique au sens opposé à la pensée rationnelle est celle où la poésie utilise le langage en inversant ses propriétés logiques et intellectuelles en provoquant des émotions nouvelles et en invitant le lecteur à voir et à concevoir le monde autrement. Le but de cette poésie est de donner à voir que les propriétés logiques du langage et du rationalisme sont limitées et qu’il faut bousculer ces limites pour apprendre à se voir et à voir les choses et les êtres qui nous entourent sous de nouvelles formes.

Cela se traduit au niveau de la grammaire et de la sémantique du poème par la prédilection de formes syntaxiques inhabituelles, par l’usage de formes phrastiques qui ne respectent pas la structure canonique de la phrase française (sujet, verbe, objet) ; au niveau du dictionnaire ou du lexique, cela se traduit par l’usage de mots et d’expressions inappropriés ; au niveau de la versification, par l’emploi de sonorités qui ne visent pas souvent l’harmonie et recherche la dissonance, voire la cacophonie. Nous donnerons durant les séances du 22 et du 29 avril deux exemples d’illustrations : à travers les poèmes de Baudelaire et de Verlaine.

La troisième conception de la poésie a été inspirée par les Romantiques, elle vise essentiellement à utiliser la poésie pour attirer l’attention sur l’outil même de cette poésie, à savoir les mots et le langage en général. C’est cette conception qui est largement répandue actuellement, non seulement en poésie, mais dans l’art en général. Cette conception attire l’attention sur la façon de signifier, de produire du sens dans le poème; c’est une poésie qui donne à voir, qui produit des interrogations et des visions chez le lecteur. C’est une poésie qui focalise plus sur la façon de produire du sens et qui profite de cela pour bousculer nombre de nos habitudes langagières et cognitives. 

Dans cette perspective, le langage n’est plus un moyen, il devient un but en lui-même, un objet d’étude et d’exploration. Il faut signaler ici que cette conception de la poésie née au XIXème siècle et développée au XXème siècle a été très influencée par la philosophie dialectique (Hegel) et par la psychanalyse (Freud). Hegel et d’autres philosophes comme avant lui Kant, ont démontré avec leurs idées que nous sommes incapables de nous connaître et de connaître directement les choses pour plusieurs raisons, parmi lesquelles figure le langage; ce dernier ne permet pas de dire avec précision ce que chacun de nous ressent ni ce qu’il est. 

Le langage comme code valable pour tous les membres d’une société est incapable de dire la singularité de chacun de nous et la singularité des émotions que nous ressentons dans des situations propres et irréductibles à chacun de nous. C’est une expérience que nous faisons parfois morsque nous ressentons un sentiment ou une émotion complexe et qui ne peut être décrite par les mots qui n’offrent qu’une seule émotion à la fois, amour, tristesse, bonheur, etc. Souvent nous sommes à la fois triste et heureux, inquiets et confiants, désirant et anxieux, etc. et aucun de ces mots misérables et limités ne nous permet de rendre compte de ce mélange inextricable de sentiments que nous ressentons. La psychanalyse a montré, notamment aux poètes surréalistes, que la vraie vie des émotions est celle de l’inconscient et que les états de conscience, et a frotiori le poème élaboré et construit logiquement, ne rendent pas vraiment compte de ce que nous sommes. 

C’est la naissance de la poésie automatique ou surréaliste qui préfère la spontanéité, l’improvisation sous toutes ses formes. Il faut rappeler cependant que tout en doutant du langage, le poète n’abandonne pas la tentative de l’utiliser pour rendre compte de son état et de ses émotions ; dans ce cas le poète joue et ruse avec le langage tout en révélant comment il fonctionne, comment il donne à voir de façon lacunaire, c’est-à-dire insuffisante.

comment analyser un poème de façon générale

1- Lisez d’abord très attentivement le texte et pendant la lecture soulignez les mots difficiles. . Annotez votre texte et réservez pour chaque marge de votre texte une question. Exemple : dans la marge de droite, notez toutes les informations concernant la versification (Nature du poème, nombre de syllabes, nature, disposition et qualité des rimes, discordance entre la phrase et le mètre : rejet, contre rejet, enjambement…etc.).

Dans la marge de haut, faites les remarques nécessaires sur le vocabulaire utilisé, éventuellement sur les champs lexicaux si vous arrivez à déterminer des liens ainsi que l’effet produit…etc. Dégagez les thèmes du poème ainsi que son registre poétique : élégie, satire, ode, fable…etc. . En bas, repérez les figures de style et analysez-les : comparaison, métaphore, métonymie.

2- Une fois le poème annoté, dégagez la problématique ou la question globale à travers laquelle vous avez décidé d’analyser le poème. La problématique constitue l’idée générale ou le fil conducteur. Un seul poème peut avoir plusieurs problématiques. Détaillez ensuite les différentes étapes de cette problématique.

3- L’introduction ne doit pas dépasser 3 à 5 phrases et doit respecter l’ordre suivant :

  • La première phrase sert à présenter votre texte ou à le situer.
  • La deuxième phrase sert à déterminer la nature du poème : sonnet, ballade, poème en prose…etc. 
  • La troisième et éventuellement la quatrième phrase servent annoncer votre problématique et les différents points.
4- L’analyse ne doit pas dépasser une page double. Veillez à réserver un à deux paragraphes pour chaque étape de la problématique.

5- La conclusion ne doit pas dépasser trois à cinq phrases, c’est le moment du bilan. Il s’agit de montrer à votre lecteur que vous avez bien honoré les promesses faites dans l’introduction. C’est une synthèse en quelque sorte de ce que vous avez réalisé.

6- Enfin et c’est le plus important, gardez toujours 10 minutes pour vous relire. Une faute d’orthographe (accent, orthographe des mots, accords…etc.) vous coûte ¼ de point. Avec une copie de 52 fautes d’orthographe, on peut aller à -13.

CHAP 1 : TELECHARGER

CHAP 2 : TELECHARGER

CHAP 3 : TELECHARGER


google-playkhamsatmostaqltradent