cours grands mythes flsh s1 pdf

Accueil

 cours grands mythes flsh s1 pdf

cours grands mythes flsh s1 pdf

Bonjour cher étudiant voilà le cours grands mythes flsh pdf s1 etudes françaises faculté des lettres et des sciences humaines et vous pouvez le télécharger en format pdf, La mythologie est un concept au pluriel. On parle de « mythologies ». « Elles sont généralement inséparables des religions antiques ; elles leur confèrent la force de séduction, l’originalité et la gravité indispensables à leur développement et à leur épanouissement ; elles enrichissent le culte ; elles dispensent enfin au sacré un essentiel élément de crainte ». 

Il existe une mythologie pour chaque civilisation, pour chaque religion. Celle des grecs, celle des romains ou encore des égyptiens, des africains, des babyloniens ... Chacune a ses mythes, ses dieux et déesses qui interviennent dans le quotidien de l’homme créant ainsi des miracles, des événements extraordinaires qui dépassent l’entendement humain.

Les propriétés du récit mythologique

Les récits mythologiques sont des histoires de personnages hors du commun. Nous y retrouvons des dieux, des demi-dieux, des héros aux mérites exceptionnels. Ces derniers sont protégés par certains dieux et maudits par d’autres. Ils vivent au rythme des humeurs et du bon vouloir de ces dieux qui les favorisent ou au contraire les écrasent. 

Ces mythes se transmettent de génération en génération à travers les contes, les poèmes, les chants et les épopées. Ils permettent la perpétuation des traditions de leur civilisation originelle. Ces histoires extraordinaires véhiculent des péripéties non moins extraordinaires. Le héros affronte ainsi des monstres (le centaure/ le cyclope/ la méduse), se rend en enfer comme Persée (fils de Zeus et Danaé) et peut dans certains cas se mesurer aux dieux. 

L’exagération, l’hyperbole, et la caricature sont autant de techniques utilisées dans la narration de récits mythologiques à caractère épique. Les grecs y recouraient par exemple pour expliquer les catastrophes naturelles (tsunami, tremblement de terre, éclipse …).

Les dieux grecs interviennent dans plusieurs domaines de la vie quotidienne comme la fertilité, l'amour, l’agriculture... Des offrandes humaines ou matérielles, des prières et des rituels (sorcellerie, sacrifice…) servaient à attirer leurs faveurs pour la culture, les récoltes ou la santé.

La mythologie est aussi un domaine d'étude des mythes et légendes produits au cours des civilisations tout au long de l'histoire de l'homme. Les mythologues travaillent sur des supports différents : les parchemins, les hiéroglyphes, les sculptures, la tradition orale (épopée/ chants/ contes) de civilisations anciennes ou disparues pour apprendre à connaitre leurs modes de vie, croyances, habitus (comportement acquis caractéristique d’un groupe social).

Les variations du mythe :

Le mythe est lié aux variations qu’il subit en s’adaptant aux différents contextes. La reprise d’un mythe s’effectuer par :

  • La transposition formelle : c’est la modification du cadre spatio-temporel. Contrairement au cadre antique de Sophocle, l’action d’Antigone d’Anouilh se déroule en 1944. On assiste à une modification du style, du registre (du tragique au comique). En 1871, Émile Zola reprend le mythe de Phèdre dans son roman, La Curée.
  • L’expansion : développer un épisode existant ou ajouter un nouvel épisode par la création d’un personnage. Lorsque Racine compose Phèdre, il s’inspire de la Phèdre de Sénèque, en inventant une intrigue amoureuse.
  • La réinterprétation du mythe : le mythe de Dom Juan offre différentes interprétations selon les époques. Au XVIIe siècle, il est l’expression de la révolte contre Dieu et les lois sociales ; au XXe siècle, sa fougue pour les conquêtes devient l’expression d’une autodestruction.

Les caractéristiques des dieux grecs

En apparence de belles jeunes filles et de bels hommes. Ils ont souvent des histoires amoureuses avec des mortels et le résultat de cette union est un humain qui a des aptitudes de dieux, d’où l’appellation de demi-dieux. Ces divinités ont également des impulsions humaines comme l'amour, la haine, et la vengeance.

Les grecs ont donc créé leur mythologie pour qu'elle soit plus réaliste, et afin qu'elle s'ajuste au nouveau monde plus civilisé et ainsi être plus utile pour exprimer des morales, comme le talon d'Achille (on n’est jamais invincible). La mythologie grecque a été connue en parti grâce aux écrits du poète antique Homère (L’Illiade « 15000 vers » et l’Odyssée « 12000 vers ») deux longs poèmes épiques qui font référence à une époque antérieure à Homère, appris et récités par les grecs.

L’Iliade raconte la fin des dix ans de guerre de Troie (grecs troyens contre les Achéens) sur l’île Ilion d’où le nom Iliade. L’Odyssée, composée après l’Iliade, tire son nom d’Odysseus, Ulysse en grec, c’est l’histoire du retour du héros Ulysse après sa victoire dans la guerre de Troie (un long périple de 10 ans où il a dû affronter la colère du dieu Poséidon « dieu de la navigation et des tremblements de terre, Neptune chez les romains. Il fait partie de 12 olympiens. Il est le fils de Cronos et Rhéa. Il est représenté par une sculpture d’homme portant un trident, un dauphin, ou un homme avec un cheval blanc ayant une crinière dorée).

La mythologie Romaine : est en grande partie adoptée et assimilée à celle grecque. Dans bien des cas, les histoires des dieux et héros romains sont carrément similaires, les noms sont différents, mais les légendes sont semblables.

Les grands dieux comme Jupiter, ou Zeus, sont bien semblables, mais les dieux moins importants comme Bacchus ou Pan sont bien moins faciles à isoler. Souvent, l'information commence à propos du mythe romain pour envoyer à celui des grecs.

Les titans, déesses, dieux... avaient souvent Les histoires de guerres entre les titans et les dieux, ou les histoires d'amour qui attire la jalousie d'une déesse rivale, montre bien leurs sentiments souvent humains.

La mythologie de l’Egypte antique : (dieux de l’Égypte antique plus de 1000 divinités ayant une forme animale « zoomorphisme » ou humaine « anthropomorphisme » ou même une forme composite avec un corps d’animal et une tête humaine. Chaque centre avait son ennéade « neuf divinités issus du démiurge ». Le couple « Osiris et Isis » et la triade « couple plus un dieu enfant » symbole du cycle de la vie). Quelques exemples de dieux égyptiens zoomorphes (Khépri le scarabée ailé poussant le disque solaire/ Anubis-chacal surveillant le coffre canope de Toutankhamon/ Horus-faucon à Edfou et Bastet la chatte).

La mythologie babylonienne : (la région de la Mésopotamie antique), elle se base sur la littérature mésopotamienne. Ses divinités sont Enlil (roi des dieux s’occupe de tout ce qui est terrestre), Enki (dieu de la sagesse, la ruse, le savoir son secteur est l’eau) Ishtar (déesse de l’amour et des excès), Nanna « la lune) et Shamash (le soleil) … Les récits laissent entendre la création de l’univers (Dieu céleste « An » ciel en sumérien), des combats entre dieux pour faire régner l’ordre ou des simplement des amours entre eux.

COURS : TELECHARGER


google-playkhamsatmostaqltradent