cours genres dramatiques flsh s1

Accueil

 cours genres dramatiques flsh s1

cours genres dramatiques flsh s1

Bonjour cher étudiant voilà le cours genres dramatiques flsh pdf s1 etudes françaises faculté des lettres et des sciences humaines et vous pouvez le télécharger en format pdf, Le module d’ « Initiation aux genres dramatiques » porte sur l’étude du texte théâtral. Une attention particulière sera accordée à la tragédie et à la comédie. 

On étudiera notamment le théâtre classique (le théâtre du 17ème siècle) parce que c’est à ce moment que seront établies des règles d’écriture très strictes qui seront en vigueur pendant les siècles suivants. Un détour par la tragédie et la comédie antiques (grecque et romaine) s’impose. Cela nous permettra de définir ce que les dramaturges français ont emprunté aux dramaturges grecques et romains et de voir comment ils ont adapté l’esprit de la tragédie et de la comédie antiques à leur époque.

Les sources de la tragédie classique

Objectif : comprendre la tragédie grecque non seulement comme dispositif dramaturgique, mais aussi comme outil d’interrogation de la place de l’homme dans la cité.

I- Naissance de la tragédie grecque 

La tragédie se développe à Athènes au Vème siècle avant Jésus-Christ. Le mot tragédie vient du grec « tragôidia » qui signifie « chant du bouc ». En fait, la tragédie est à l’origine un spectacle organisé lors des fêtes religieuses consacrées à Dionysos, le dieu du vin et de l’ivresse. La tragédie fait donc partie d’un rituel religieux avant de devenir un genre dramatique à part entière. 

II- Sujets de la tragédie grecque 

Les dramaturges puisent les sujets de leurs tragédies dans les épopées et dans la mythologie. Ils choisissent des situations dramatiquement fortes et les adaptent à la réalité de la cité et à la réalité humaine dans sa complexité. N’oublions pas qu’au moment où la tragédie évolue comme genre, Athènes est une cité démocratique. Le genre tragique participe ainsi aux débats multiformes qui ont lieu dans la cité : débats politiques, éthiques, philosophiques…

En ceci, la tragédie est une forme artistique qui traduit une expérience humaine. Mais, quel en est le sujet ? La tragédie raconte l’histoire d’un individu qui entre en conflit avec les principes moraux, religieux ou politiques de la cité. Autrement dit, l’homme est mis face à une réalité, à une force supérieure qui le dépasse. 

Ce conflit avec le système des valeurs est à l’origine d’un conflit intérieur : l’homme se pose des questions sur ses actes, sur son destin, sur la fatalité. En gros, la tragédie exprime, sous une forme dramatique, une remise en question des valeurs de la cité qui donne naissance à ce qu’on appellera « la conscience tragique ». 

En effet, pour une conscience tragique, les principes, les valeurs, les actions ne constituent plus des évidences si bien que tout devient mystère, énigme à commencer par le sujet lui-même. Je vous renvoie au mythe d’Œdipe mis en scène dans Œdipe roi de Sophocle : Œdipe doit déchiffrer une succession d’énigmes pour découvrir qui il est, dans une histoire qui mêle la réflexion philosophique sur l’identité (qui suis-je ?), la fatalité (puis-je échapper à mon destin ?).

III- Structure de la tragédie grecque 

La tragédie grecque comporte deux intervenants. D’un côté, nous avons les protagonistes, les personnages joués par des acteurs, qui n’étaient pas forcément des professionnels, et d’un autre côté, le chœur, composé d’une quinzaine de personnes dont le rôle est de présenter les personnages, l’intrigue et de commenter l’action. Le chœur représente le plus souvent les valeurs consacrées de la cité, la norme sociale et humaine à partir de laquelle on peut mesurer les écarts monstrueux de personnages qui s’écartent de cette norme.

Tragédie et conscience tragique

1- La situation du héros tragique

Avec la tragédie antique naît ce qu’on appelle « la conscience tragique ». L’homme est placé dans une situation qui l’amène à réfléchir sur son destin, c’est-à-dire sur le sens de ses actes et de son existence. Le héros de la tragédie entre en conflit avec la cité, ce qui l’amène à faire des choix difficiles. Ses prises de décision sont parfois incompréhensibles. On ne comprend pas pourquoi Médée va jusqu’à tuer ses propres enfants pour se venger de Jason, on ne comprend pas pourquoi Antigone tient absolument à enterrer son frère au prix de sa vie.

2- L’homme, une énigme

L’homme devient une énigme si bien qu’il est impossible de le juger, de le condamner en fonction des principes du droit et de la morale. Les actions humaines, si évidentes dans la vie courante, sont l’objet d’une mise en question déroutante. Ce qui nous aide à comprendre les hommes est cela même qui sème la confusion. Qui sommes-nous ? Sommes-nous maîtres de notre destin ? Est-ce nous qui agissons ou une force qui nous dépasse ? La conscience tragique naît quand l’homme prend de la distance par rapport à son existence et en fait un objet de méditation.

3- Le dilemme dans la tragédie classique 

Le conflit entre l’homme et la cité qui est à l’origine de la conscience tragique dans la tragédie antique prend, dans la tragédie classique, la forme d’un dilemme. Le héros doit faire face à une situation d’urgence qui l’oblige à faire un choix douloureux. La question qui va se poser est la suivante : est-ce que l’homme est capable de se surpasser, de maîtriser ses passions pour ne pas basculer dans l’horreur ? Est-ce qu’il est capable de grandeur morale ou bien restera-t-il prisonnier de ses intérêts et de ses désirs ? Sur le plan dramatique, le dilemme tragique consistera dans le choix difficile entre l’amour et la politique. Souvent, en effet, le devoir politique oblige le héros à renoncer à sa passion ; souvent aussi, la passion amoureuse, irrésistible et incontrôlable, aveugle les protagonistes, les pousse à ourdir des complots contre les êtres les plus proches, à commettre l’irréparable.

4- Trois questions importantes 

Le dilemme tragique pose en fait trois questions philosophiques et religieuses auxquelles l’homme ne peut échapper. D’abord, la question du bonheur : qu’est-ce qui rend l’homme heureux ? La satisfaction instinctive de ses désirs immédiats ou une certaine grandeur morale, un dépassement de soi ? La deuxième est celle des passions : que devient l’homme lorsqu’il est victime de ses passions ? Un monstre. Il quitte parfois les limites de l’humain et se trouve complètement dénaturé. Le dilemme tragique nous propose de réfléchir sur ces situations limites où nous pouvons facilement basculer dans le monstrueux. 

La troisième est celle du libre arbitre. Sommes-nous maîtres de nos actes ou bien restons-nous tributaires d’une force qui nous dépasse ? Selon la doctrine janséniste, qui a beaucoup influencé Racine, l’homme est voué à l’égarement sans la grâce divine. Livré à lui-même, il est le jouet de ses passions, de ses désirs, ce qui risque de le perdre. La tragédie nous présente justement ces moments où l’homme, n’obéissant qu’à sa propre volonté, perd tout discernement et agit en dehors de tout repère moral et à l’encontre de tout système de valeur.

PART 1 : TELECHARGER
PART 2 : TELECHARGER
PART 3 : TELECHARGER

google-playkhamsatmostaqltradent