cours analyse du roman s3 pdf

Accueil

 cours analyse du roman s3 pdf

cours analyse du roman s3 pdf

Bonjour cher étudiant voilà le cours analyse du roman flsh s3 etudes françaises faculté des lettres et des sciences humaines et vous pouvez le télécharger en format pdf, La Curée (1871) est un roman d’Emile Zola (1840-1902), l’un des romanciers français majeurs du XIXe siècle. La Curée1 est le deuxième roman de la série des Rougon-Macquart. La « curée » est un terme qui désigne la partie de la bête que l’on donne à la meute de chiens après la chasse. Au sens figuré, elle désigne la ruée pour un butin, pour le partage d’un profit ou pour conquérir une place vacante.

Dans le roman, c’est le sens figuré qui est ciblé. Le roman s’inspire de l’histoire de la spéculation immobilière parisienne de la fin du Second Empire. Dans un environnement dominé par l’égoïsme et les intérêts personnels, les intrigues se multiplient, donnant lieu à une vie sociale de débauche.

Le roman est composé de sept chapitres. Le personnage central, Aristide, quitte sa province française pour s’installer à Paris, avec l’espoir de faire fortune. Il est d’abord engagé par l’Hôtel de ville, emploi trouvé par son frère implanté dans la capitale et qui a de l’influence. Par son esprit pratique et ses manœuvres, Aristide est promu et augmenté. Il jouit d’une notoriété qui lui facilite l’acquisition d’immeubles, payés avec la dot obtenue lors de son mariage avec Renée, une pauvre femme enceinte.

Le naturalisme chez Zola

Le naturalisme, dérivé savant de « naturel », est apparu dès le début du XVIIIe siècle. Il désigne en ces débuts le système symbolique et mythologique d’interprétation des phénomènes de la nature. En science, c’est le caractère naturel d’un phénomène, d’un être ou d’une chose. Vers le milieu du siècle, le terme naturalisme s’emploie pour dénommer les théories qui excluent toute causalité surnaturelle. En 1857, Castagnary, dans un texte critique publié dans la « Revue Moderne », qualifie la peinture de Courbet de naturaliste. Le naturalisme acquiert un nouveau sens, celui de traiter de la nature avec réalisme.

Zola, féru de modernité, rejette le romantisme de son siècle, qu’il juge « démodé » et désuet. Pour lui, la création et la pensée avaient à gagner en s’engageant dans une littérature scientifique qui accompagnera mieux les évolutions et changements du siècle (cf. Le roman Expérimental). Zola désigne ainsi la technique romanesque de « l’étude du tempérament et des modifications profondes de l’organisme sous la pression des milieux et des circonstances » (cf. Préface de la deuxième édition de Thérèse Raquin). C’est pour cette prise de position intellectuelle que Zola est considéré comme le chef de file du mouvement naturaliste.

En littérature, le naturalisme consiste en la recherche des causes du vice dans l’hérédité. Le romancier naturaliste observe et expérimente. L’observateur accumule des renseignements sur les milieux sociaux, sur les conditions de vie et d’environnement. Il va cerner d’aussi près que possible une réalité qu’il va tenter de transposer dans la réalité du langage. Puis l’expérimentateur prend le relai. Il organise les faits recueillis, fait monter en quelque sorte un mécanisme où tout s’enchaîne en fonction de la double détermination de l’hérédité et du milieu.

Le personnage naturaliste est manipulé par un système et une méthode, plus que par un auteur-créateur. Le romancier naturaliste a un but moral. Il prétend résoudre des problèmes philosophiques par la science, l’écriture naturaliste est réduite à un simple véhicule et le style épouse le sens du réel qui consiste à « sentir la nature et la rendre telle qu’elle est », d’où la nécessité d’une langue qui ne soit pas écran. Quoique les naturalistes déclarent que le naturalisme s’intéresse autant au vice qu’à la vertu, « la littérature n’est pas toute dans l’ouvrier, elle est aussi dans la nature qu’elle peint ». La littérature naturaliste proposera en fait des figures populaires (ouvriers et petits fonctionnaires) dans un décor urbain.

Techniques du commentaire composé

Le commentaire composé est un exercice littéraire qui consiste à établir un schéma de compréhension du texte étudié. Il nécessite des compétences de plusieurs ordres :

  • compétences analytiques et interprétatives : l’étudiant doit être à même d’analyser le texte de son corpus et d’interpréter les signes et les symboles utilisés par l’auteur ;
  • compétences organisationnelles : l’étudiant est amené à organiser sa réflexion autour d’une problématique ; 
  • compétences rédactionnelles : l’étudiant doit rédiger à la fin de son analyse un texte cohérent, bien structuré et pertinent.
La problématique : Tout texte offre une multitude de problématiques. La problématique est ce qui donne forme et structure à la réflexion menée par l’étudiant. Dégager une problématique est donc indispensable pour la rédaction d’un commentaire composé. La problématique constitue l’élément central autour duquel tout s’organise. Tous les éléments convoqués dans le cadre de l’analyse et de l’interprétation doivent servir à étayer la problématique, à la préciser, à la développer, etc.

La technique des champs lexicaux et rhétoriques dominants : cette technique exige de l’étudiant de rassembler le lexique utilisé dans le texte à étudier sous forme de rubriques que l’on appelle champs lexicaux. L’étudiant ne peut faire ce travail que s’il lit minutieusement et soigneusement son corpus. Ensuite, il repère les éléments stylistiques, rhétoriques usités par l’auteur. Il relève leurs fonctions dans le texte. Exemple : les procédés de mise en relief, les procédés de l’insistance, etc. Il met l’accent enfin sur les correspondances entre les deux champs.

La technique du genre auquel appartient le corpus : l’étudiant est amené à repérer le genre auquel le texte qu’il étudie appartient. Exemple : le texte descriptif, le texte narratif, le texte argumentatif, etc. Ensuite, il faudrait poser les questions suivantes : Quoi ? Comment ? Exemple : qu’est-ce qu’on décrit ? Un personnage ? Un paysage ? Etc. Ensuite con pose la question comment se réalise la description ? En d’autres termes, quelle est sa valeur (méliorative, péjorative, etc.) dans le texte et par quels moyens se réalise-t-elle (c’est-à-dire par quels procédés) ?

La technique de la fonction du texte : il s’agit de relever la fonction que remplit le corpus par rapport à l’œuvre entière. Un texte-incipit (situé à l’orée de l’œuvre) ne remplit pas la même fonction qu’un texte-clausule (situé à la fin de l’œuvre). De même, un texte qui annonce un drame ne remplit pas la même fonction qu’un texte situé en plein nœud dramatique. Il s’agit par la suite de relever les procédés et les techniques mis en œuvre pour rédiger ces textes.

PART 1 : TELECHARGER

PART 2 : TELECHARGER

PART 3 : TELECHARGER


google-playkhamsatmostaqltradent